Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2000

Jacques Chirac antigaulliste acharné: William Abitbol, Paul-Marie Coûteaux, Florence Kuntz

Le Monde, 05/07/2000

Lire la suite

27/06/1998

Il est temps de bâtir l'après-gaullisme: Renaud Dutreil

Le Figaro, 27-28/06/1998

 

Dans Le Figaro du 17 juin, le secrétaire perpétuel de l'Académie  française, Maurice Druon, enjoignait les dirigeants du RPR, et le premier  d'entre eux issu de ses rangs : "De grâce, que nul parti ne s'appelle plus  gaulliste". Au RPR, certains ont approuvé, d'autres se sont récriés. Ainsi Hervé Gaymard, ancien secrétaire d'État à la Santé et député de Savoie, qui le 23 juin répondit à Maurice Druon : "Malgré l'interdiction que vous proférez, je  continuerai à m'appeler gaulliste, et avec moi beaucoup d'autres".

Ces deux  tribunes ont suscité une autre réponse, cette fois émanant d'un député qui n'est  pourtant pas issu des rangs du RPR. Renaud Dutreil, député Démocratie Libérale de l'Aisne, à l'origine du mouvement des "refondateurs", estime pour sa part que "le débat  sur le destin du gaullisme est admirable et pathétique".

Lire la suite

23/06/1998

Nous nous appellerons gaullistes! Hervé Gaymard

Le Figaro, 23/06/1998

 

Dans Le Figaro du 17 juin, le secrétaire perpétuel de l'Académie  française, Maurice Druon, enjoignait les dirigeants du RPR, et le premier  d'entre eux issu de ses rangs : "De grâce, que nul parti ne s'appelle plus  gaulliste".

Maurice Druon écrivait : "Le gaullisme a été dénaturé le jour de 1976 où (...) le vieux «rassemblement» du général a été transformé en ascenseur destiné à hisser un présidentiable. Il est parvenu, lentement et après  quelques pauses, à monter son passager à l'étage élyséen. Et maintenant ? Les  garçons d'ascenseur, craignant d'être au chômage, se battent entre eux pour  savoir qui restera employé à astiquer les cuivres de cette machine devenue  inutile".

Au RPR, certains ont approuvé, d'autres se sont récriés. Tel Hervé  Gaymard, ancien secrétaire d'État à la Santé dans le gouvernement d'Alain Juppé  et député de Savoie. Aujourd'hui âgé de 38 ans, il écrit au compagnon Maurice  Druon : "Malgré l'interdiction que vous proférez, je continuerai à m'appeler  gaulliste, et avec moi beaucoup d'autres, davantage que vous ne croyez et bien  plus ardents que vous ne l'imaginez".

Lire la suite

17/06/1998

Ne vous appelez plus gaullistes! Maurice Druon

Le Figaro, 17/06/1998

 

Le gaullisme a été dénaturé le jour de 1976 où, sans que  nous nous en apercevions, le vieux «rassemblement» du Général a été transformé en un ascenseur destiné à hisser un présidentiable.

Lire la suite